Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Finir par s’offrir une vie de rêve n’est pas quelque chose que vous réussissez du jour au lendemain. C’est au quotidien et chaque jour que vous la réalisez. Il en est de même pour l’accumulation de votre fortune et votre capacité à atteindre l’indépendance financière et l’épanouissement financier. Un peu de sagesse y suffirait bien.

Et la stratification et la manifestation de cette sagesse passera forcément par l’élimination des habitudes et insouciances suivantes qui ruinent nos finances personnelles à notre insu. La plupart des gens qui disent : « ça m’a coûté toute une fortune », ne savent vraiment pas quand ils gaspillent vraiment leur fortune. Faites attention pour ne pas gaspiller votre fortune du fait des habitudes suivantes.

1. L’habitude de dépenser sans compter

Comme vous le savez maintenant, il n’y a rien de plus dramatique que de se souvenir avoir été riche. « Quand j’avais de l’argent… », « Je me rappelle lorsque mes affaires marchaient bien… » ou encore « Je me rappelle quand je n’avais pas autant de charges, au début de ma carrière… » ne sont que les manifestations d’un regret qui ne peut pas corriger les insouciances et les mauvaises habitudes qui ont ruiné discrètement nos finances sans prendre notre avis et avec notre complicité inconsciente.

Nous n’avons pas besoin d’être pingre pour prendre soin de nos finances et fructifier intelligemment notre fortune. Nous avons juste à nous considérer comme un intendant qui doit rendre compte à ses différents âges et qui sait constamment se rappeler cette vérité qu’un jeune homme des forces armées américaines a écrite à sa mère : « Hier un chèque annulé ; demain est un billet à ordre ; aujourd’hui est le seul comptant que vous avez. Dépensez-le sagement ».

1. L’habitude d’acheter sans comparer

Pour bien acheter, l’Etat et les entreprises qui ont la bonne habitude de solliciter plusieurs fournisseurs et prestataires potentiels et prennent le soin de comparer les prix et d’étudier la valeur ajoutée apportée par rapport à la contrepartie demandée. Ils cherchent le meilleur prix jusqu’à le trouver et c’est seulement alors qu’ils achètent.

Combien de fois, ne vous êtes pas fait avoir et n’avez-vous pas jeté de l’argent par la fenêtre en ne comparant pas ? Cela m’est arrivé trop de fois si bien que désormais j’achète lentement parce que c’est un peu naïf de dire : « J’étais pressé…Oula, je ne savais pas qu’il y avait mieux ailleurs ». Mais comment savoir si l’on ne prend pas le soin de chercher et de comparer ?

1. L’habitude d’acheter sans négocier

Et justement après avoir comparé les prix et les offres de valeur ajoutée, les bons acheteurs négocient courageusement avec le fournisseur ou le prestataire retenu. Si vous ne le faites pas, si vous n’essayez pas d’obtenir cette réduction de 10 à 15% que votre vendeur ou fournisseur peut bien vous offrir sur un prix de départ de 100.000 F CFA ou 150 euros par exemple, c’est bien l’intérêt généré par les derniers 89.000 F CFA que vous avez emprunté à la banque que vous êtes en train de laisser partir ainsi.

1. L’habitude de négliger les petites monnaies

Mon oncle m’a donné un jour ce conseil alors que j’allais laisser un reliquat de 700 F CFA sur un mécanicien. « Celui qui a des intérêts à payer à la banque ne doit pas laisser les petites monnaies ». Ne pensez pas qu’il est avare. Il est très généreux même – et stratégiquement.

Maintenant, laissez souvent vos petites et grosses monnaies, si vous voulez montrer que vous êtes aisé. Mais si vous avez des intérêts à payer à la banque, ne le faites pas parce que celui qui a emprunté 10.000 F CFA à la banque à un taux de 7%, doit payer des intérêts de 700 F CFA. Il ne peut pas se permettre de les laisser dans un restaurant et être amer plus tard lorsque la banque fait ses prélèvements à la source et qu’il n’y a plus que peu d’argent disponible sur son compte.

1. L’habitude de négliger l’intérêt facturé par la banque

Oh ! Bien sûr que ce qui importe, c’est ce que vous allez faire avec l’argent que le banquier va vous remettre (peu importe le taux d’intérêt ?). Maintenant, sachez que c’est l’intérêt que vous payez qui enrichit votre banquier et ses épargnants. Si vous ne pouvez pas passer de leur côté, sachez tout au moins que chaque franc ou euro de trop que vous leur donnez en intérêt vous appauvrit parce qu’il est prélevé sur votre fortune potentielle. Alors faites désormais attention aux intérêts. N’achetez pas de l’argent plus cher que vous n’en gagnez.

1. L’habitude de négliger l’augmentation du montant de la facture d’électricité

La plupart des gens s’en prennent à la société d’électricité lorsque le montant de consommation figurant sur leurs factures d’électricité commence à augmenter drastiquement. Sans doute que les gens de la société d’électricité peuvent se tromper et tricher (en tout cas !). Mais le fruit est dans la graine et vous feriez mieux faire auditer vos équipements électroménagers et revoir vos habitudes d’utilisation du climatiseur ainsi que des nombreux appareils qui sont branchés à longueur de jours et de nuits.

Lorsque le voyant de votre poste téléviseur est allumé par exemple, il consomme 25% de l’électricité consommée lorsque vous regardez la télé. Imaginez qu’il reste ainsi allumé toute l’année ; votre argent y passe sans que vous le sachiez. Récupérez-le intelligemment et surtout, il y a bien d’appareils que vous pouvez et devez supprimer : par exemple ce lecteur DVD que vous n’utilisez jamais ou la chaine HIFI dont le voyant bleu consomment abondamment d’électricité. Passez à la cure d’austérité maintenant, c’est simple !

1. L’habitude d’acheter cher pour le plaisir d’acheter cher

Acheter plus cher pour la même valeur nous donne le sentiment d’être riche mais ne nous enrichit aucunement. Si vous achetez un même bien à 70.000 F CFA ou 110 euros dans un endroit chic au lieu de l’acheter ailleurs à 55.000 F CFA et vous donnez le sentiment d’être spécial, c’est vraiment spécial jusqu’à ce que vous fassiez la même 1.000 fois dans votre vie et c’est 15 millions de F CFA ou 20.000 euros qui y passeront. Franchement vous aurez le sentiment d’être riche mais vous vous serez appauvri de 15 millions cumulés pour les 1000 fois où vous avez voulu jouer au riche.

1. L’habitude de se proposer de payer pour tout le monde par pur plaisir de payer

Une amie me confiait ceci : « Je suis sorti avec de grands types et je peux te dire qu’ils jouent plus au riche plus qu’ils ne sont riches ». Lorsqu’on a un diner avec ses amis, s’empressant de mettre 250.000 F CFA ou 350 euros en poche, il y a vraiment de quoi pouvoir montrer à tout le monde qu’on est riche. Si vous les retirez d’un compte sur lequel vous avez 50 millions francs CFA ou 100.000 euros, c’est vraiment cool. Faites-le 100 fois, et c’est 25 millions F CFA qui sont partis. 100 fois, c’est 20 fois par an pendant 5 ans. Ça passe très vite !

Lorsque vous payez pour des gens qui peuvent payer eux-mêmes, vous ne leur ajoutez aucune valeur. Ils n’ont pas besoin d’être reconnaissants si ce n’est qu’ils voudront faire la même chose la prochaine fois pour se rattraper s’ils aiment se la jouer comme vous. S’ils font attention un peu plus que vous (et s’ils n’ont pas les moyens), ils vous laisseront payer tout le temps.

Allez-y voir, ce sont les mêmes qui se moqueront de vous et diront que vous avez passé votre temps à jouer avec votre. Et le jour où vous manquerez d’argent, vous ne les reconnaitrez plus.

La règle est simple : « Que chacun paie sa bouffe ! ».

1. L’habitude de ne pas calculer le coût d’opportunité

Un jour Juda d’Iscariote voyant des gens banaliser l’argent dit : « toute cette somme d’argent, on aurait pu acheter 30 lopins de terre avec ». Voilà une remarque qui n’est pas diabolique – enfin dans une certaine mesure.

Ceux qui gaspillent leur argent ne savent pas qu’ils peuvent en faire une plus grosse fortune. Ils ne calculent pas le coût d’opportunité. « J’ai 15 millions que je veux mettre dans l’achat d’une voiture. Magnifique. Elle sera amortie d’ici 5 ans. Si j’achète plutôt une voiture de 10 millions et achète un terrain avec 5 millions, que se passerait-il dans 5 ans ? ».

Voilà une question qui fait que deux personnes ayant 15 millions et qui s’achètent des voitures (l’un à 10 millions et l’autre à 15 millions) n’aboutissent pas à la même situation au bout de 5 ans. Le premier peut s’acheter une voiture avec le surplus sur la revente de son terrain, l’autre retourne voir son banquier pour se faire mettre un nouveau crédit automobile en place. Il le fera ainsi jusqu’à 2 ans de sa retraite quand il sera interdit de crédit et 10 ans après sa retraite, il se verra en train de marcher péniblement au quartier et à emprunter le transport en commun.

Vous avez vu cela sous vos yeux ? Ne tombez pas dans le piège. Soyez malin et posez-vous assez tôt la question du coût d’opportunité : « Qu’est-ce que je pourrais faire de mieux avec mon argent et qui rapporterait plus dans 5 ans ? »

1. L’habitude de ne pas calculer le facteur latte

Le calcul du facteur latte, c’est cet exercice suggéré par David Bach dans son best seller le Millionnaire Minute. L’exercice consiste à évaluer ses gaspillages quotidiens et faire leur somme à la fin de la semaine et du mois avec une actualisation au taux d’intérêt. Ensuite se poser la question suivante : « Si je plaçais ce montant gaspillé au taux de 7%, combien cela rapporterait-il dans 10 ans, 20 ans, 30 ans ? ». Vous pouvez télécharger la fiche du facteur latte et faire l’exercice chaque jour jusqu’à discipliner vos dépenses.

Franchement, pourquoi commander une deuxième bouteille de Coca-Cola au déjeuner ou prendre un demi-poulet alors que vous ne pouvez terminer qu’un quart de poulet ? Pourquoi pour votre déjeuner, vous entrez dans ce restaurant 80% plus cher alors que vous avez la même qualité juste à côté ? Vous n’allez quand même pas vous offrir un dîner aux chandelles chaque midi ?

Autrement, calculez chaque jour le gaspillage différentiel et vous comprendrez la source de vos défis financiers – enfin, pourquoi vous devez continuer de travailler pendant les 20 prochaines années pour avoir de quoi compenser éventuellement vos gaspillages passés et en cours.

1. L’habitude de préférer systématiquement le moins cher

Thomas Ruskin disait que « La douleur de la piètre qualité se ressent bien longtemps après que le plaisir du moins cher est oublié ». Les vrais riches n’achètent pas cher pour le plaisir d’acheter cher. De la même manière, ils n’achètent pas moins cher pour le plaisir d’économiser de l’argent. Ils s’assurent de donner la contrepartie juste pour la valeur obtenue, c’est tout !

Une personne s’achète une paire de chaussures de 25.000 F CFA alors qu’une autre s’achète une paire de chaussures de 250.000 F CFA. 5 mois après, la paire de 25.000 F CFA est usée et 5 ans après la paire de 250.000 F CFA est toujours toute brillante. Pendant ce temps, celui qui a acheté la sous-qualité à 25.000 F CFA a dû retourner au marché de chaussure 12 fois sans jamais goûter au plaisir de la qualité. En gros il aura perdu 50.000 F CFA – toute chose étant égale par ailleurs.

Ne soyez pas de ceux qui se font avoir par les chinois parce qu’ils veulent coûte que coûte payer 80% moins cher. La réalité, c’est qu’ils se font vendre une qualité moindre que les 20% qu’ils ont payé.

Voici la règle d’or pour éviter de tomber dans ce piège : « Obtenez la meilleure qualité possible et ensuite négociez le prix. Si vous commencez par négocier le prix, vous n’aurez jamais la meilleure qualité possible ».

A votre excellence !

Tag(s) : #ASTUCES

Partager cet article

Repost 0